Les solutions pour faire Face à l'obésité

III - LES SOLUTIONS

 

enfant en bonne santé

(source image :  www.plurielles.fr/parents)

 

Les solutions de l'Obésité

 

 

 

 

Aux Etats-Unis, alors que l’obésité touche de plus en plus de monde, des études ont montrées que les gens vivaient moins longtemps, l’obésité diminuerait donc l’espérance de vie d’une population… Cela étonne moins lorsque l’on sait que cette maladie, puisqu’il faut l’appeler ainsi, est la cause de nombreux problèmes de santé sur les personnes atteintes, avec entre autre, des problèmes de diabète, des problèmes cardio-vasculaires, des risques d’attaque cérébrales, d’infarctus du Myocarde, des risques importants et graves donc ! Mais outre les problèmes de santé, il faut se rappeler que l'obésité est une réelle source de souffrance pour les personnes qui doivent vivre avec elle !

 

 

Quant à la France, ce n’est plus un secret, le nombre de personnes obèses ne cesse d’augmenter. D’où les campagnes de publicité qui incitent parents et enfants à préférer les fruits aux desserts et goûters trop gras et riches en sucre et à manger des fruits et légumes pour être en pleine forme.

Dans certaines écoles également les enfants sont sensibilisés par une nutritionniste ou infirmière aux problèmes du surpoids et de l’obésité et on tente de leur apprendre les bonnes habitudes alimentaires à adopter. Des cantines ont aussi adapter leurs menus à ce nouveau problème qui inquiète désormais la santé publique, car même si l'espérance de vie n'a pas encore diminuée en France, le phénomène y est nouveau et il faudra encore attendre quelques années pour en connaître l'impact.

 

Aujourd’hui les recherches ont mis au point des produits ou procédés assez efficaces pour soigner l’obésité, mais ils ne sont malheureusement pas sans effets secondaires ni sans souffrances pour le patient

 

 

1-   l'activité physique

 

footing du président Sarkhozy

 

Dans un premier temps, la prise en charge est globale. Elle associe des conseils diététiques, la reprise de l'activité physique et une prise en charge psychologique. La majorité des complications liées à l'obésité peuvent être ainsi prévenues et si besoin traitées par des mesures simples. En cas de diabète par exemple, le traitement passe avant tout par l'activité physique et l'équilibre alimentaire. L'activité physique favorise en effet la perte de poids et surtout son maintien en préservant les muscles, tout en améliorant l'état de santé. La réduction de la sédentarité associée à une marche régulière de 30 à 45 minutes par jour est le premier objectif . Progressivement une activité physique plus soutenue est conseillée. Si l'IMC est supérieur à 30kg/m² un traitement médicamenteux peut également être envisagé. Il existe pour le moment deux types de médicaments dont les principes sont différents, l'un augmente la sensation de satiété (sibutramine) et l'autre limite l'absorption intestinale des graisses (orlistat).

 

 

 

2-   Solutions chirurgicales

 

anneau gastrique

 

Il existe également des solutions chirurgicales, plus agressives et dont les médecins usent avec précautions.

Parmi ces « solutions chirurgicales », la plus connue, l’anneau de gastroplastie qui empêche tout simplement l’estomac de contenir plus d’une certaine quantité de nourriture ou même de liquide. Cette technique oblige le patient à prendre ses repas sur 30 ou 45 minutes, à mixer certains de ses aliments, est parfois à l’origine de vomissements,… L'anneau gastrique n'est utilisé que sur les personnes souffrant d’un surpoids très important (indice de masse corporel supérieur à 40).

 

La chirurgie n'est envisagée que chez les personnes dont l'indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 40 kg/m2 ou celles pour lesquelles l'IMC est supérieur à 35 kg/m2 avec des complications associées. De plus, la décision d'intervention doit être mûrement réfléchie afin de comparer les avantages et les inconvénients de l'intervention. Pour cela, la personne obèse doit être obligatoirement suivie pendant un an par une équipe médicale composée d'un médecin nutritionniste, d'un diététicien et d'un psychologue. La décision finale se prendra avec le chirurgien et l'anesthésiste. Des réunions de patients sont même organisées dans certains services pour que les personnes déjà opérées puissent partager leurs expériences avec les futurs opérés. Par ailleurs il existe certaines contre-indications à l'intervention, notamment les troubles psychiatriques non stabilisés, les troubles du comportement alimentaire (boulimie), l'alcoolisme et les toxicomanies, les maladies hormonales et bien entendu un suivi préalable insuffisant.

 

 

anneau gastrique

 

Actuellement, il existe principalement deux méthodes de chirurgie. La gastroplastie tout d'abord consiste à réduire le volume de l'estomac à l'aide d'un anneau gastrique dont le diamètre peut être ajusté. Ainsi, le volume de l'estomac au-dessus de l'anneau est d'environ 15-20 ml (il ne représente plus que 15 à 20% de son volume initial). Une seconde méthode, le "by pass", consiste à réaliser un " court-circuit " digestif entre le haut de l'estomac et l'intestin grêle. Dans ces conditions, les aliments passent directement du haut de l'estomac à l'intestin. Il en résulte une diminution de la faim, une augmentation de la satiété et un certain degré de malabsorption des aliments.

 

 

anneau gastrique

 

Après l'opération, les habitudes alimentaires sont profondément transformées. Il faut manger en petites quantités, très lentement et mastiquer longuement… Il n'est plus possible de faire de gros repas. Il est indispensable de respecter un équilibre alimentaire pour éviter des carences nutritionnelles (fer, calcium, vitamines) et pour favoriser la perte de poids.

Après une gastroplastie, il arrive que les patients aient des intolérances aux aliments solides, et des complications au niveau de l'estomac et de l'œsophage. Les courts-circuits gastriques peuvent entraîner principalement des diarrhées et un " dumping syndrome " c'est-à-dire un malaise lors de l'absorption trop rapide d'aliments. C'est la raison pour laquelle un suivi médical régulier et à long terme est impératif.


 

 

3-   Traitements médicamenteux

 

 

 

Pour ce qui est des traitements médicamenteux, le milieu médical connaît aujourd’hui plusieurs produits efficaces, avec, entre autre, le Sibutral et le Xenical, qui, alliés à un régime pour l’un entraverait l’absorption des graisses et pour l’autre diminuerait considérablement la sensation de faim.

Rappelons que ces produits ne sont administrés qu’aux personnes souffrant d’obésité et qu'ils comportent des effets secondaires non négligeables.

    a) Le Xenical

Xénical


Après la suppression des coupe-faim, le xénical représente une nouvelle solution

 

Il n’existe plus actuellement en France qu’un seul médicament de l’obésité et du surpoids, c’est l’orlistat (Xénical). Il agit en bloquant l’action d’enzymes digestives, les lipases, nécessaires à la digestion des graisses apportées par l’alimentation. Il réduit ainsi d’environ 30% leur absorption. L’amaigrissement est donc favorisé, puisque l’apport total en gras est diminué.

La prescription de ce médicament est cependant encadrée par des règles strictes : le patient doit avoir une obésité vraie, c’est à dire un indice de masse corporelle supérieur à 30 kg/m² ou un surpoids supérieur à 28 kg/m² associé à un autre facteur de risque (excès de cholestérol, diabète, hypertension artérielle). Le traitement ne peut être débuté que si un régime préalable de 4 semaines a permis une perte de poids d’au moins 2,5 kg. De plus, si après 3 mois de traitement, la perte de poids reste inférieure à 5%, le traitement est arrêté. Enfin, la durée totale du traitement ne peut dépasser 2 ans. Il faut par ailleurs signaler que l’orlistat induit fréquemment des effets indésirables digestifs, essentiellement une augmentation de la fréquence des selles, qui sont de consistance pâteuse.

Dans tous les cas, il est évident que la prise du médicament doit s’intégrer dans un programme plus global de prise en charge de l’obésité, comprenant des conseils sur l’alimentation, sur l’activité physique et sur le mode de vie. Faute de quoi, la simple prise d’une gélule ne suffira pas à assurer le succès à long terme...

  

    a) Le Xenical

 

 

 

La sibutramine, molécule contenue dans le médicament Sibutral, agit sur le cerveau où elle augmente l'effet de la sérotonine et de la noradrénaline. Ces deux substances sont impliquées dans la transmission de l'influx nerveux entre les neurones.

Bien que ses propriétés soient partagées par certains antidépresseurs, la sibutramine est plus proche par ses effets des amphétamines. Elle n'a pas d'effet antidépresseur connu.

La perte de poids résulte essentiellement d'une diminution de l'appétit, ou plutôt d'une diminution du seuil de satiété, et d'une augmentation de la thermogénèse, c'est à dire de la consommation d'énergie par l'organisme dans le but de fabriquer de la chaleur.

Le Sibutral est indiqué  pour  faciliter la perte de poids chez les obèses ou chez les personnes en surpoids qui présentent des facteurs de risque tels qu'un diabète ou un excès de cholestérol ou de triglycérides. Il ne doit bien sûr être employé que si le régime seul n'a pas permis d'obtenir de résultat satisfaisant.

 

Néanmoins, il est probable qu'il existera une forte demande pour la prise de Sibutral chez des personnes en simple surpoids, sans facteur de risque particulier.

 

Les limitations dans les indications officielles sont dues au fait que ce médicament est loin d'être anodin. Ses inconvénients avérés ou potentiels ont été considérés comme trop importants par les autorités sanitaires pour permettre une utilisation large du Sibutral.

 

Le Sibutral n'a pas été étudié et n'est pas recommandé chez l'enfant et chez les personnes de plus de 65 ans.

 

Le sibutral

- Le Sibutral a été rétiré du marché en Europe début 2010

- La prescription du Sibutral en France est maintenant réservée aux médecins spécialistes. Cette restriction, non justifiée dans le communiqué de presse de l'agence du médicament, semble liée aux risques d'une prescription non respectueuse des précautions d'emploi.

 

- Le Sibutral retiré temporairement du marché en Italie

 

 

- Le Canada place le Sibutral (Meridia) sous surveillance.

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site